Presse

« Anaïs Yvoz, membre cette année de l’Opéra Studio de l’Opéra du Rhin, lui donne la réplique avec brio. La voix est charnue, remarquablement homogène dans l’ensemble des registres et bien timbrée dans les graves.«  T. Bracq, Forum Opéra

« Anaïs Yvoz est une Barbarina rafraîchissante, et pleine de promesses. » S. Lay-Canessa, Bachtrack

« Barbarina a un petit rôle mais essentiel et Anaïs Yvoz dans son air en fa mineur, presque désespéré, s’est avérée très touchante. Au brillant avenir promis au jeune aristocrate Cherubino, s’oppose celui bien plus incertain de la petite paysannne qui a perdu, on ne sait trop quoi, une épingle, ou son innocence?« 

« la cautivadora Barbarina de Anaïs Yvoz » . F. J. CABRERA, Operaactual.

« poétique Barberine d’Anaïs Yvoz« . M. Le Naour, Concert Classic 

« Anaïs Yvoz qui avait fait des débuts remarqués à l’opéra du Rhin dans le rôle de Barberina (Le Nozze di Figaro), confirma ici ses remarquables qualités vocales, notamment dans le superbe lamento de Monteverdi : Si dolce è’l tormento. D’une part son timbre de voix est très agréable, d’autre part sa technique est irréprochable comme le montrent les redoutables vocalises de No, di voi non vo’ fidarmi… Son tempérament comique et son engagement se manifestèrent pleinement dans les nombreux rôles qu’elle eut à endosser.« 

« … Anaïs Yvoz mit ebenso leuchtendem wie zartem lyrischen Sopran gestalten mit großer vokaler Intensität. » A. Dick, Badische Zeitung